Menu
04.93.16.07.19
06.14.25.43.02

Horaires téléphoniques : Du lundi au samedi
de 08h00 à 12h00
et de 13h00 à 19h00

Demandez à être rappelégratuitement

Le cabinet de neuropsychologie est fermé provisoirement jusqu'au vendredi 1er Mars 2019.
Je serai de nouveau joignable par téléphone à partir du vendredi 15 février 2019.

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Quelle est la différence entre un trouble cognitif et un trouble spécifique d'apprentissage ?

Quelle est la différence entre un trouble cognitif et un trouble spécifique d'apprentissage ?

Le 14 décembre 2016
Votre psychologue pour enfants à Nice intervenant aussi auprès des adolescents vous présente les différences entre les troubles d'apprentissage et les troubles cognitifs.

Si leurs manifestations peuvent se recouper, par une difficulté à acquérir la lecture par exemple, leurs origines et le fonctionnement qui les sous-tend se révèlent totalement différents. Votre psychologue pour enfants à Nice vous présente les troubles cognitifs et les troubles d'apprentissage.

Le trouble cognitif

La cognition (qui est l’ensemble des fonctions cognitives) constitue le moyen de traiter les données que nous recevons de l'environnement par le biais des sens et d'y répondre de façon adaptée. Les principales fonctions cognitives sont la mémoire, l'attention, les fonctions exécutives, le langage, le raisonnement verbal et non verbal, la structuration visuospatiale. Chacune d'entre elles peut être touchée par des difficultés de fonctionnement sans pour autant que les autres présentent les mêmes fragilités. Seul un bilan neuropsychologique, qui fait état du niveau d'intégrité de chacune de ces fonctions cognitives, peut permettre d'identifier ce qui pose difficulté. Il peut, par exemple, s'agir d'un trouble de la mémoire de travail - qui est la capacité à manipuler des éléments nouveaux en mémoire comme le fait de restituer une série de chiffres que l'on vient d'entendre à rebours -, alors que la mémoire des faits anciens est préservée.

Le trouble d’apprentissage

Dans le cas du trouble d'apprentissage, il n'y a généralement pas de déficit des fonctions cognitives. Cependant, apprendre à lire (dans la dyslexie), à écrire (dans la dysgraphie), à compter et raisonner numériquement (dans la dyscalculie), à programmer des actions en vue de la mise en œuvre d'un projet plus important (dans la dyspraxie), à maîtriser les subtilités du langage (dans la dysphasie) est très difficile par les méthodes d'apprentissage traditionnelles. En effet, de telles difficultés émanent d'un fonctionnement qualitativement différent et non d'un simple retard.

Un bilan orthophonique, associé à une évaluation neuropsychologique, pourra permettre de mettre à jour le trouble d'apprentissage qui est à l'œuvre. Cependant, afin de pouvoir réaliser un diagnostic de trouble des apprentissages, il faut pouvoir éliminer certaines causalités qui peuvent contribuer à ralentir la progression d'un enfant dans ses acquisitions. L'enfant (ou de plus en plus souvent l'adulte) ne doit présenter ni déficience intellectuelle, ni trouble sensoriel (une surdité pouvant expliquer des difficultés à apprendre à lire), ni trouble neurologique, ni trouble psychiatrique. Son environnement familial doit être normalement stimulant et il doit être scolarisé en milieu ordinaire. En effet, car tous ces éléments constituent une raison suffisante pour générer des difficultés d'apprentissage.

La richesse du potentiel des enfants qui présentent un trouble spécifique d'apprentissage peut passer inaperçue, malgré la compensation spontanée que chacun d'entre eux met en place pour s'en sortir scolairement. Avec les années et l'accroissement des exigences scolaires, certains d'entre eux, qui ne sont pas suffisamment rétribués de leur efforts, tendent à se fatiguer mentalement, physiquement. Ils perdent confiance en eux : le décrochage et l'échec scolaire pourraient survenir...

Quelle que soit la cause des difficultés scolaires qui apparaissent, d'ordre général ou spécifique, il est important d'en chercher rapidement l'origine afin d'apporter le soutien nécessaire à l'enfant. Outre la mise en place de séances de rééducation des difficultés observées, le psychologue neuropsychologue et l'orthophoniste peuvent aider l'enfant à prendre conscience de son fonctionnement propre, afin de l'amener à développer par lui-même des stratégies d'adaptation.