Menu
04.93.16.07.19
06.14.25.43.02

Horaires téléphoniques : Du lundi au samedi
de 08h00 à 12h00
et de 13h00 à 19h00

Demandez à être rappelégratuitement

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > LES SIGNES D’APPEL DE LA DYSLEXIE : PETIT RAPPEL

LES SIGNES D’APPEL DE LA DYSLEXIE : PETIT RAPPEL

Le 06 novembre 2017
Situé au cœur de Nice, dans les Alpes-Maritimes, le cabinet de Neuropsychologie de Delphine Del Nero vous propose des évaluations psychologiques et neuropsychologiques ainsi que le suivi de votre enfant.

 

 

L’entrée à l’école primaire est un moment important pour les enfants, qui s’inscrivent alors dans un processus d’apprentissage plus franc qu’à l’école maternelle. L’acquisition de la lecture, de l’écriture et du comptage est le premier objectif des enseignants. Cependant, les enfants dyslexiques éprouvent des difficultés dès le CP.

La dyslexie est un trouble spécifique du langage écrit, existant malgré un fonctionnement cognitif opérant. Ainsi, afin de pouvoir aider votre enfant au mieux, il est important de pouvoir détecter rapidement la présence de ce trouble d’apprentissage.

Petit rappel des signes d’appel de la dyslexie.

 

1°) UNE ACQUISITION PLUS LENTE DE LA LECTURE

 

Les enfants dyslexiques peinent à déchiffrer les mots et, par voie de conséquence, à comprendre ce qu’ils lisent. Si tous les enfants connaissent ces difficultés au cours du CP, pour l’enfant dyslexique, cette situation perdure dans le temps et ce, malgré un travail personnel important pour y arriver. Il « bute » sur les mots plus longtemps, inverse ou confond durablement certains sons proches phonologiquement (/b/ et /d/, ou encore /f/ et /v/). Il est reconnu qu’un dyslexique a un retard de lecture d’au moins 18 mois.

 

2°) UNE COMPREHENSION ALEATOIRE DE CE QUI EST LU

 

Lorsque la lecture est dite « fluide », que l’enfant ne bute plus sur les mots (généralement vers la fin de la primaire), la compréhension doit être immédiate, au premier coup d’œil. Chez le dyslexique, les difficultés de compréhension persistent, même si sa lecture orale paraît fluide. La réalisation correcte des exercices demandés en classe est pénalisée : les consignes ne sont parfois comprises qu’en partie, ce qui affaiblit le rendement scolaire, malgré un apprentissage effectif des leçons.

 

3°) UNE DYSORTHOGRAPHIE ASSOCIEE

 
 

A ces difficultés liées à la lecture sont associées une fragilité durable face à l’apprentissage des règles d’orthographe : l’enfant dyslexique ne parvient pas, malgré de bonnes, voire parfois très bonnes capacités intellectuelles, à mémoriser et appliquer efficacement l’ensemble des règles enseignées en classe. Une disparité s’observe entre le niveau de l’enfant à l’oral, qui s’exprime souvent avec aisance, et le niveau bien plus faible à l’écrit.

 

Ainsi, si malgré un travail personnel important, votre enfant peine toujours à atteindre la moyenne en dictée ou si son accès à l’écrit est difficile, n’hésitez pas à consulter un orthophoniste pour réaliser un bilan de langage oral et écrit. En outre, il est important de réaliser un bilan psychologique et neuropsychologique afin de comprendre la place des difficultés ressenties en classe dans son fonctionnement cognitif général.

Non dépistée à temps, la dyslexie est susceptible de générer des difficultés qui peuvent aboutir, parfois avant l’adolescence, à un désinvestissement scolaire, à une perte d'estime de soi. Une consultation chez un psychologue peut permettre à votre enfant de reprendre confiance en lui et en ses capacités.